Catégories
E-réputation

Page Employeur Indeed

Au cours de ces derniers mois, peut-être avons-nous eu l’occasion d’échanger, de nous rencontrer, voire même vous a-t-on fait recruter par l’un de nos clients ?

Quel que soit le cas et afin d’améliorer notre démarche de recruteur, et ce, de la manière la plus transparente possible, nous vous invitons à partager votre expérience auprès des autres candidats et entreprises clientes sur notre page Indeed.

Catégories
E-réputation Identité Numérique

Pages Jaunes is watching you !

Si vous faites une recherche sur la partie PagesBlanches du service PagesJaunes, vous découvrirez qu’outre les coordonnées téléphoniques de la personne recherchée vous aurez désormais accès à ses profils sur les divers réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin, Copains d’avant ou Trombi.
Ces informations sont d’ailleurs disponibles y compris si la personne recherchée n’est pas répertoriée avec ses coordonnées téléphoniques.

pagesblanches2
Si incontestablement le service peut avoir un caractère pratique, on peut s’interroger sur le respect de la vie privée et l’utilisation des données numériques.

Catégories
E-réputation Recrutement

Recruteurs, où en êtes vous avec votre e-reputation ?

Depuis de longs mois nous rappelons à nos candidats qu’ils doivent veiller à leur e-réputation et donc en premier lieu à leurs divers profils sur les réseaux sociaux. Ces diverses recommandations peuvent également s’adresser aux entreprises qui recrutent ainsi qu’aux recruteurs eux-même.

En effet, si le réflexe de tout bon recruteur aujourd’hui consiste à « googlé » ou « facebooké » ses candidats, il en est de même en ce qui concerne les bons candidats qui préalablement à un entretien vont faire des requêtes sur la toile afin d’obtenir le maximum d’informations sur l’entreprise.
Les recherches vont généralement au-delà du site du futur employeur. Une simple requête Google va donner accès à des forums de consommateurs ou de collaborateurs tel que notetonentreprise.com. Pour les entreprises qui n’ont pas encore pris la mesure de ce que pouvait représenter la gestion de leur e-réputation cela peut s’avérer parfois désastreux. Ainsi, il devient de plus en plus fréquent qu’un candidat sélectionné mette un terme au processus de recrutement sur la base d’informations glanées sur le net ou les réseaux sociaux.

e-reputation-recruteursComme nous le rappelons fréquemment à nos clients : « si vous choisissez vos futurs collaborateurs n’oubliez pas qu’eux aussi choisissent leur futur employeur ! » L’acte de recrutement demeure un acte de séduction et de vente RECIPROQUE.

Catégories
E-réputation Identité Numérique

Google, le poids des mots mais aussi le choc des photos.

A plusieurs reprises je vous ai évoqué les risques que pouvaient comporter les réseaux sociaux et les diverses traces que l’on pouvait laisser sur la toile. Un article paru ce jour dans le quotidien Libération pose la question de savoir si  » ce qui se trouve sur le net doit il forcément se trouver sur Google ?  »

Une recherche sur Google donne souvent des résultats surprenants. Parfois même très dérangeants.

michelle-obamaEn ce moment, c’est la fonction Google Images qui crée la polémique, avec Michelle Obama: en effet, lorsque l’on tape le nom de la first lady, apparaît parmi les tous premiers résultats un photomontage la présentant avec un visage de singe. D’autres recherches sur Google Images sont d’ailleurs tout aussi troublantes; en témoignent certaines images qui s’affichent parmi les premiers résultats de la requête «jew» ou «jewish» …

De la même manière j’ai fait une recherche concernant Nicolas Sarkozy ou Sarkozy et ai pu constater que ce qui apparaissait en première page était également guère flatteur…

sarkozy-2

               sarkozy-31            sarkozy-14

Je vous invite à vous rendre sur Google images et à faire le test ne serait-ce que pour vous même.

Comme vous le lirez dans l’article de Libération vous consterez que sur le plan juridique il est très peu aisé de faire supprimer ces images.

Catégories
E-réputation Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux s’invitent en politique.

politiquesChacun connaissait les réseaux sociaux afin de s’y faire ou retrouver des amis via Copains d’Avant ou Facebook ou encore pour élargir son réseau professionnel à travers Linkedin, Viadeo ou Xelid.
Ces dernières semaines à travers le procès Clearstream ou encore l’affaire Epad/Sarkozy, on a pu constater que ces réseaux devenaient un moyen d’informer en temps réel (suivi du procès en temps réel via Twitter) mais aussi d’interpeller l’opinion publique, comme le fait Christophe Grébert et sa pétition numérique afin de s’opposer à la nomination de Jean Sarkozy à l’EPAD, sans oublier la mise en ligne de la plateforme communautaire de Dominique de Villepin, VillepinCom. Cette utilisation des réseaux sociaux à des fins politiques n’a rien de nouveau aux Etats-Unis, Barack Obama en ayant fait un usage intensif lors de sa campagne et continuant à les utiliser de manière abondante dans sa propre communication ou dans l’interpellation de l’opinion publique comme dans le cas de son projet de réforme de l’assurance maladie.
Même si nos politiques français étaient déjà présents sur différents sites communautaires, principalement Facebook ou Twitter, leur présence s’apparentait plus à une promotion de type « marque » qu’à une communication directe. Il semblerait que les événements de ces dernières semaines marquent un virage et sonnent l’arrivée des media sociaux en politique française comme un vecteur incontournable.
L’interview new-yorkaise, sans véritables contradictions ni contradicteurs, de Nicolas Sarkozy par Laurence Ferrari et David Pujadas et les fameux « coupables » au lieu de prévenus n’est sans doute pas étrangère à ce sursaut. La nature ayant horreur du vide, les contradicteurs ont trouvé avec les réseaux sociaux un nouvel espace que les politiques se doivent à leur tour d’occuper sauf à être « déconnectés » d’une partie de leurs électeurs. Il est en effet plus certain de pouvoir échanger avec une partie de la population via les réseaux sociaux que sur les marchés du week-end. L’un n’est à priori pas incompatible avec l’autre, Nathalie Koscusko-Morizet (nk_m pou les geeks) en étant un parfait exemple, présence terrain sur Longjumeau et forte présence sur les media sociaux, même s’il est vrai qu’elle est secrétaire d’état à l’économie numérique. Dans un autre registre on peut citer le cas de Paul Giacobbi, qui via son blog communique sur des sujets allant très au-delà de la Haute-Corse, dont il préside le conseil général.
Les politiques ont tendance à dire que les élections se gagnent au centre, il semblerait que les prochaines échéance se joueront sur la toile.

Catégories
E-réputation Réseaux sociaux

Barack OBAMA embarrassé par Facebook ?

Alors même que Barack OBAMA a réalisé une partie de sa campagne présidentielle sur les réseaux sociaux , lesquels ont incontestablement contribué à sa victoire et qu’il continue à les utiliser avec force dans sa communication officielle , le président américain profite de la rentrée scolaire, le 8 septembre, pour mettre en garde ses jeunes concitoyens au cours d’une intervention au lycée d’Arlington : “Faîtes attention à ce que vous postez sur Facebook parce qu’à l’époque de YouTube, quoi que vous fassiez, on vous le ressortira à un moment ou un autre de votre vie”, a-t-il dit. “Et quand on est jeune, on fait des erreurs, on fait des trucs idiots.

facebook-group-anti-bush1Barack OBAMA chercherait-il à prendre ses distances avec Facebook au moment où les rumeurs et les enquêtes tendent à démontrer que le réseau social aurait bénéficié directement ou indirectement de financements de la CIA sous l’administration Bush ?

A suivre.

Catégories
E-réputation Réseaux sociaux

Réseaux sociaux : visible pas synonyme de transparent.

La présence sur les réseaux sociaux devient aujourd’hui incontournable pour qui veut évoluer professionnellement ou encore trouver un emploi.
Toutefois, ces nouveaux outils s’ils ne sont pas utilisés avec précaution peuvent s’avérer tranchants et parfois même destructifs en termes d’image. Il convient donc de respecter quelques règles élémentaires si l’on tient à préserver sa E-réputation.

Scene

L’éditeur tchèque de solutions de sécurité, AVG, a mené une étude auprès de 250 de ses clients, lesquels sont à priori sensibles aux problématiques de sécurité.
Il s’avère que si 86% d’entre eux sont présents sur les réseaux sociaux et se disent sensibles aux problèmes de sécurité, dont l’usurpation d’identité ou le spamming, moins d’un tiers prend les mesures nécessaires : un paradoxe. 57 % ignorent la présence des paramètres de sécurité sur les réseaux sociaux. Enfin, 21 % acceptent des mises en relation qui émanent d’inconnus.

Quelques conseils pour « réseauter » en sécurité :

– Modifier votre mot de passe régulièrement.
– Ne pas enregistrer vos mots de passe sur les navigateurs
– Vider régulièrement votre historique de connexions.
– Ne pas diffuser d’informations bancaires ou médicales.
– Ne rendre les informations personnelles de son profil visibles que par ses contacts.
– N’accepter les demandes de mise en relation que de personnes connues, recommandées ou identifiables.

Si ces différents conseils vous préserveront sur le plan numérique ils ne vous préserveront pas forcément en termes de réputation.
Est-il indispensable d’afficher sur son profil Facebook les photos de fin de nuit de vos beach-parties estivales afin que votre actuel ou éventuel employeur puisse découvrir la totalité de votre personnalité voire de votre intimité ?
Il est à noter que si plus de 50% des recruteurs consultent vos profils professionnels sur Linkedin, Viadéo ou Xelid , la plupart font un détour par Facebook ou Twitter afin d’en savoir un peu plus sur votre « personnalité », vos préoccupations ou vos états d’âmes.

Catégories
E-réputation Réseaux sociaux

P.DG déconnectés.

Le blog UberCEO.com vient de réaliser une étude intéressante et édifiante concernant le rapport qu’entretiennent les 100 premiers P.DG américains (classement Fortune 2009 établi par le magazine Forbes) avec les réseaux sociaux.

pdg119% possèdent une page Facebook
2 d’entre eux un compte Twitter
13 sont présents sur Linkedin, mais seulement 3 d’entre eux comptent plus de 10 contacts, tous 3 patrons d’entreprises IT (Dell, Cisco et Ingram Micro)
– Aucun (0) ne possède un blog.
75% ont un accès à Wikipedia, néanmoins lorsqu’une page leur est consacrée, les informations sont souvent erronées ou pas mises à jour.

Dans ces conditions pas étonnant qu’UberCeo titre : « Les P.DG du Fortune 100, les tire-au-flanc des Media Sociaux .»
Sharon Barclay, rédactrice chez UberCEO.com, reste surprise par les résultats de l’étude menée entre le 29 mai et le 16 juin dernier. «Il est incroyable que les PDG les plus en vue puissent être à ce point déphasés par rapport à la manière de communiquer des clients de l’entreprise dont ils ont la charge». Selon elle, le constat est accablant. «Ils donnent l’impression d’être déconnectés, désengagés ou désintéressés», ajoute-t-elle.

Catégories
E-réputation Réseaux sociaux

E-réputation et réseaux sociaux : entreprises conscientes mais toujours inactives.

Le cabinet Deloitte vient de réaliser une étude concernant l’impact des réseaux sociaux sur l’E-réputation des individus et des entreprises. L’introduction rédigée par le président, Sharon L.ALLEN, donne le ton : « Si la décision de publier des vidéos, des images des réflexions, expériences ou observations sur des sites de réseaux sociaux est un acte personnel, un seul d’entre eux peut avoir d’importantes conséquences éthiques pour les individus comme les entreprises. Par conséquent il est important pour les dirigeants d’être conscient des implications et d’élever la discussion au sujet des risques et cela en association avec le plus haut niveau d’encadrement.”

                                                                                                                                                                                                                                                       ereputation-deloitte2L’étude révèle que 74% des salariés interrogés s’accordent sur la simplicité de porter préjudice à la réputation d’une entreprise sur les médias sociaux, 58% des dirigeants pensent que les risques liés aux réseaux sociaux devraient être anticipés, mais 85% avouent que ce n’est pas le cas actuellement.

Quelle est la frontière entre ce qui est de la sphère professionnelle et personnelle? 53% des salariés affirment que leurs profils sur les réseaux sociaux ne concernent pas leurs employeurs. Hors 40% des dirigeants ne partagent pas cet avis, et 30% d’entre eux avouent regarder les pages de leurs salariés sur les sites de réseaux sociaux.
D’ailleurs 37% des salariés ne prennent pas en considération ce que pourrait penser leur patron ou leurs collègues en consultant leurs profils, et 34% l’impact sur leurs clients.

Enfin cette enquête révèle concernant les dirigeants et les entreprises que :

31% des dirigeants des salariés sondés sont sur Facebook
30% que les réseaux sociaux sont une composante de leur business et de leur stratégie opérationnelle
29% utilisent les réseaux sociaux pour gérer et construire leur marque
23% utilisent les réseaux sociaux comme outils de communication internes à l’entreprise
23% utilisent les réseaux sociaux pour recruter

En conclusion, même si les entreprises et leurs dirigeants sont conscients de l’impact des réseaux sociaux, très peu les ont intégrés à leur démarche. A ce jour, majoritairement ils subissent, certains réagissent, seule une faible minorité agit.

Catégories
E-réputation Identité Numérique

Etes-vous satisfait de votre Community Manager?

L’arrivée d’internet dans le monde de l’entreprise a fait naître de nouvelles fonctions. Ainsi, après le webmaster à l’ère du web 1.0, avec des prérogatives principalement techniques, nous avons assisté à l’arrivée des Webdesigners et des Content Managers (responsables du contenu).

internet conceptDerniers en date, les Community Managers. Généralement rattachés à la direction marketing de l’entreprise, ils ont pour mission d’assurer la modération et la communication sur les supports internes, que ce soient les forums et les blogs, mais ont également et surtout une mission externe. En effet, avec l’avènement du Web 2.0, il convient d’effectuer une veille permanente sur ce qui se dit ou s’écrit sur son entreprise, sa marque ou son marché et d’intervenir sur les forums ou les réseaux sociaux que ce soit pour communiquer ou parfois  se défendre.
Ainsi, même si sa mission est plutôt orientéee marketing et commercial, elle peut concerner d’autres services de l’entreprise et amener le Community Manager à intervenir  en appui des Directions des Ressources Humaines dans des situations de crise tels que des plans sociaux ou des Directions Financières dans le cas d’entreprises cotées par exemple. Le Community Manager est donc en quelque sorte le porte-parole numérique de l’entreprise, à ce titre doté d’un vrai rôle politique.
Outre un vrai talent rédactionnel et de communication, il doit savoir mesurer les niveaux d’influence et connaître parfaitement les rouages de l’entreprise.

A propos, vous, où en êtes-vous du recrutement de votre Community Manager?