Catégories
Baromètre

Le turnover, signe de santé économique ?

Après les chiffres du chômage de janvier 2015 publiés en févier et faisant état d’une légère décrue en catégorie A, 19.100 chômeurs de moins, les prévisions de l’Apec en termes d’embauche de cadres sur 2015 nous annoncent une hausse de l’ordre de 3%, soit 174.000 à 180.000 cadres recrutés pour l’année en cours.

De notre côté et à notre modeste échelle, nous observons un retour des candidats en poste et qui sont à nouveau à l’écoute du marché et d’opportunités. Ce point est  assez symptomatique, car depuis septembre 2012 les candidats en poste étaient de moins en moins mobiles et pour preuve, se rendaient de moins en moins visibles via leur CV sur les jobboards. Ainsi, sur 2012-2013, nos recherches de profils par mots clés avaient chuté de 70 %, ne demeuraient que les candidats sans emploi ou sentant un risque pour celui-ci. Il était d’ailleurs fréquent lors de nos échanges avec des candidats en poste de s’entendre dire : « là ou je suis aujourd’hui, ce n’est pas terrible mais je sais où je suis et ne prendrai pas le risque dans le contexte actuel de changer d’entreprise et d’aller dans l’inconnu. » Cette situation nous a d’ailleurs été confirmée par plusieurs DRH parmi nos clients dans des domaines où le turn-over est souvent au dessus de la moyenne (télécoms, solutions d’impression…), qui ont connu sur 2014 des turnovers quasiment nuls.

Sur ce premier trimestre 2015, les candidats en poste que nous présentons à nos clients se situeraient entre 30 et 40 %, là où ils étaient à peine 10% les mois précédents. Il n’est donc pas improbable que les premiers signes d’une reprise économique s’accompagnent d’une reprise du turnover au sein des entreprises. En effet, que ce soit justifié ou non, chez beaucoup de salariés certaines rancœurs ont pu s’accumuler à l’égard de leur employeur, liées au contexte économique et qui se sont traduites par des stagnations voire des baisses de rémunérations et peu ou pas de perspectives d’évolution. Il n’est donc pas exclu que l’on assiste dans les entreprises à un certain nombre de divorces, comme on peut le voir dans les couples qui se serrent les coudes le temps d’une épreuve difficile, mais qui une fois celle-ci dépassée, se séparent.

 

Ainsi, il n’est pas impossible que l’on assiste sur cette année 2015 à un rééquilibrage des forces entre candidats et recruteurs et que les peurs laissent la place à l’élaboration de projets communs.

Laisser un commentaire